fbpx

742 avis : 4,9/5 ⭐⭐⭐⭐⭐

Docorga devient gratuit pour les orthophonistes.

Heydii : 25% des patients n’ont pas besoin d’orthophoniste !

⏱️ : 8 min

Heydii : 25% des patients n’ont pas besoin d’orthophoniste !

Temps de lecture : 8 minutes
Nombre de vues : compteur pour site gratuit sans pub

Mathias a 3 ans et il zozote. Un jour la maîtresse d’école met en garde les parents du petit Mathias :  il faut qu’il consulte un orthophoniste rapidement, pour l’aider à développer son langage

Affolés, les jeunes parents se rendent sur internet et tapent “pourquoi consulter un orthophoniste ?”. Ils ne trouvent que des informations alarmantes ou peu concrètes qui ne correspondent pas vraiment à la situation de Mathias. Comme des centaines d’autres familles avant eux, dans le doute, les parents appellent des orthophonistes en quête de rendez-vous. Parents, arrêtez tous! Consultez d’abord Heydii ou Allo Ortho.

Vous ne l’ignorez pas, les temps d’attente dépassent parfois les 1 an pour consulter un orthophoniste. D’autant que l’on sait que si certains troubles ne sont pas pris en charge précocement, ils peuvent s’aggraver. Si l’augmentation en France du nombre d’Orthophoniste (numérus clausus) semble laborieuse voire inespérée, il est en revanche possible de baisser le quota de demande de rendez-vous ! C’est le constat de l’organisme PPSO, qui grâce à son expérimentation du dispositif Allo Ortho a pu diminuer de 25% le nombre de demandes de prise en charge en orthophonie (source : PPSO secteur Grand Est). Comment ? En réorientant les demandes “non pertinentes”. C’est-à-dire en étant en mesure d’identifier et réorienter les personnes dont les troubles, symptômes ou pathologies ne relèvent pas de l’orthophonie. Réguler la demande en orthophonie, c’est soulager le patient mais également soulager les orthophonistes, qui croulent d’appels téléphoniques et de demandes. Cela fait partie des 5 solutions que nous avons référencés pour améliorer l’accès au soin en Orthophonie.

NB: Cet article est aussi bien à destination des orthophonistes que des patients et des parents. Une fois la certitude acquise d’un besoin en orthophonie, vous verrez comment intégrer une liste d’attente simplifie la mise en relation patient – orthophoniste.

Sommaire

Entre désinformation et régulation inefficace des médecins

Soyons cru, sans déni : dans le parcours de soin orthophonique, les patients souffrent et les praticiens aussi. Tout récemment, de nombreuses initiatives ont vu le jour dans l’objectif de réguler, c’est-à-dire filtrer, l’accès aux soins en orthophonie. Ces organismes sont nés d’un double constat : 

1 –  Les enseignants n’ont pas toujours les connaissances des repères développementaux ni de certains signes d’alerte.

2 – La régulation du médecin généraliste n’est pas toujours efficace (prescription obligatoire)

Les enseignants : premiers prescripteurs face au grand nombre d’élève en difficulté

Les professeurs des écoles sont souvent les premiers à alerter les parents sur les questions qui touchent le développement et les apprentissages de leurs enfants. L’orientation “facile” vers un orthophoniste est effectivement une des causes de ces 25% de mauvaises orientations.

L’indication est néanmoins compliquée à évaluer dans le besoin, car les enseignants ne disposent pas de formations autour du développement cognitif et langagier par exemple. Aussi, ils peuvent passer à côté de certains signes d’alerte, ou au contraire orienter à tort. Ils savent qu’il est à la fois nécessaire de respecter le rythme de chacun, mais sont aussi conscients qu’un retard peut aussi être le signe d’un trouble qu’il ne faut pas sous-estimer.

Un paramètre à ne pas négliger : lorsqu’une difficulté apparaît, il est beaucoup plus facile pour les familles d’aller vers un orthophoniste qu’un psychologue par exemple. En effet, l’orthophonie est la seule pratique conventionnée et remboursée, et la démarche “fait moins peur”.

Une régulation parfois inefficace des médecins généralistes  

Selon la FNO, la prescription médicale serait en pratique, un filtre inefficace : “la plupart des médecins interrogés conviennent qu’ils ne refusent pas la prescription à leurs patients d’un bilan orthophonique initial, lorsque ces derniers le demandent : ce premier « filtre » vers le soin orthophonique n’est donc pas efficace”. Et effectivement, plusieurs points laissent à croire que cette prescription ne filtre pas toujours correctement: 

  • beaucoup de médecins font une prescription à la simple demande de leur patient (source: FNO)
  • de nombreux médecins ne connaissent pas l’étendue du champ de compétences des orthophonistes (source heydii.com).
  • les médecins sont souvent débordés et difficiles d’accès dans les déserts médicaux 

Le témoignage d’une médecin généraliste qui recommande Heydii confirme de manière assez frappante les limites de la prescription : médecin généraliste, je n’ai pas toujours les moyens d’observer si l’orthophonie est l’indication pertinente. Je dois avouer être parfois en peine pour trouver les bons conseils face à l’inquiétude des parents. Aussi, je réponds à leur besoin en rédigeant une ordonnance pour avoir un avis orthophonique, même si je sais que les délais sont très longs. Parallèlement, je suis soulagé de pouvoir déléguer cette part de conseils vers Heydii.com, où les personnes ont un échange constructif et de qualité avec quelqu’un de spécialisé”. Nous avons rédigé un article complet sur l’avenir de la prescription médicale obligatoire en orthophonie (à venir).

Une meilleure information est donc primordiale pour éviter ces confusions, qui retardent l’accès au soin.  

18 praticiens rédacteurs
16 chapitres complets
100 % gratuit

Une solution : former patients, enseignants et médecins pour réguler

L’absence de campagnes de prévention des troubles de la communication et du langage oral et écrit contribue au renforcement de difficultés importantes dans ces domaines pour toute une partie de la population.

Pour renforcer la connaissance des enseignants sur les troubles orthophoniques, la Fédération Française des DYS propose des directives. Parmi elles, que tous les enseignants soient formés au handicap et que la formation aux troubles dys y soit clairement identifiée. Elle soutient l’idée que la scolarisation des enfants en situation de handicap doit être intégrée dans le concours d’accès au métier d’enseignant. Elle promeut l’école “inclusive”, ou c’est à l’école de s’adapter à l’enfant et non l’inverse. 

Dans la même idée, les professionnels sur heydii.com proposent des interventions en présentiel ou en distanciel,  visant à sensibiliser le public et les professionnels sur tout ce qui concerne le “bien grandir”, le “bien vieillir”. Il est en effet important de mieux comprendre le développement, le vieillissement, les différents facteurs préventifs et adaptatifs pour que chacun bénéficie d’un soutien bienveillant.

Pour informer et rassurer les patients, les parents ou encore les médecins, il existe des plateformes de régulation en ligne. Ma fille articule mal, que faire ? Mon fils ne parvient pas à écrire les nombres, est-ce normal ? Mon grand-père, qui a la maladie de Parkinson, ne parle plus comme avant, comment l’aider ?  Ces questions en sous-entendent une autre : ai-je besoin d’un orthophoniste ? Les plateformes de régulation visent à limiter les recours non pertinents à l’orthophonie en informant à grande échelle. C’est un moyen efficace de réduire l’attente en orthophonie, d’en permettre l’accès à ceux qui ont vraiment besoin et aux urgences, de réorienter au plus vite ceux qui n’en ont pas besoin.

Heydii, et Allo Ortho, deux solutions de régulation en vogue

Patients, avant de dégainer votre téléphone et d’appeler un orthophoniste pour prendre rendez-vous, consultez Heydii ou Allo Ortho !
Allo Ortho rescence du contenu informatif (textes, podcast, vidéos), tandis qu’Heydii met en relation téléphonique des diplômés d’orthophonie avec des familles ou des professionnels pour des échanges en direct.

Besoin des parents /patients

Service de régulation

Besoin d’un orthophoniste ?

Être rassuré, être écouté.  Est-ce que c’est grave ? Combien de temps ça va durer ? 

Informer,  répondre aux interrogations

Non : réorienter la personne vers le service adapté 

Oui : informer        

Déculpabiliser, se sentir utile vis à vis du trouble. Qu’est ce que je peux faire pour l’aider ? 

Donner des exercices, des méthodes concrètes pour éviter que le trouble ne s’aggrave en attendant la prise en charge

Oui : former en amont de la prise en charge

Prendre rendez vous

Renvoyer vers une Liste d’attente 

Oui : orienter


Sur Heydii, le RDV coute 35 €. 
Heydii n’a pas vocation à se substituer à une prise en charge en cabinet d’orthophonie. Il ne s’agit donc pas de service de téléconsultation en orthophonie (téléorthophonie) : aucun bilan, diagnostic ou rééducation n’est proposé sur la plateforme.  

C’est aujourd’hui la seule aide “facile et directe”: aucune démarche administrative, aucune ordonnance requise, aucune attenteCette solution est une bonne étape, avant ou parallèlement à l’intégration d’une liste d’attente (comme Docorga 😉 ). Sur heydii.com, les rendez-vous vont bien plus loin qu’une simple régulation “oui/non il y a besoin d’orthophonie”. Leur mission : prendre le temps d’écouter ce qui inquiète, puis valoriser, soutenir et conseiller la dynamique familiale. Les intervenants partent du principe qu’une personne mieux éclairée dès le départ pourra davantage s’investir dans un soin s’il y en a besoin, et agir à son niveau pour éviter que la situation ne s’aggrave.

L’objet des initiatives de régulation n’est pas de remplacer la fonction régulatrice du médecin traitant, mais d’agir comme un filtre préalable rapide et efficace. La prescription étant obligatoire pour un bilan orthophonique, le médecin reste un passage obligé. Ce sont des solutions complémentaires visant à soulager les médecins débordés, et apporter un premier aiguillage aux patients des zones sous-dotées en généraliste.

Heydii et Allo Ortho, comment ça fonctionne ?

Heydii.com propose :

  • des rendez-vous en ligne ;
  • des ateliers/des conférences, en distanciel ou en présentiel.

 
 

Ces services sont à réserver directement sur heydii.com et sont ouverts à tous.
Ils sont dispensés par des diplômés d’orthophonie qui souhaitent prolonger leur pratique et valoriser ces actions d’information auprès du grand public et des professionnels (orthophonistes en exercice libéral ou salariat, retraités, formateurs, enseignants chercheurs …).

Allo Ortho propose 3 solutions pour répondre à cette question : des articles, des documents, des vidéos, des audios classés par question. Si cela n’a pas suffit, vous aurez accès à un questionnaire, et enfin si cela ne fonctionne toujours pas vous serez rappelé par un orthophoniste. Notez qu’Allo ortho est un dispositif toujours en expérimentation (il n’est disponible que dans 3 régions de France).

Quelques chiffres sur le dispositif : 

  • Plus de 2500 demandes de régulations traitées
  • Ainsi, le recours au bilan orthophonique a pu être évité pour 25 % des usagers ayant eu un échange avec un régulateur. ( région Grand-Est)
  • 30 orthophonistes régulateurs par régions en moyenne

Une fois que vous êtes sûr d’avoir besoin d’un orthophoniste, vous pouvez vous rendre chez le médecin pour obtenir votre ordonnance pour soins orthophoniques. Une fois son ordonnance en poche, il faudra que le patient trouve un orthophoniste. Pour cela, il a 2 options :
– il peut se fatiguer à appeler un à un les orthophonistes de sa région dans l’espoir d’être rappelé et, avec un peu de chance, avoir un rendez vous dans les 1 an.
– ou il peut intégrer la liste d’attente de Docorga

Trouver un orthophoniste (rapidement) avec Docorga

La liste d’attente est une solution “gagnant-gagnant” pour le patient comme le praticien, dans le prolongement de l’aide fournie par Heydii et Allortho. La liste d’attente en ligne de Docorga créée en 2020 met en relation des patients sur ordonnance avec des orthophonistes. Le concept de liste d’attente n’est pas nouveau chez les Orthophonistes, mais les contraintes du papier ou des classeurs Excel utilisés jusqu’alors réduisaient grandement son intérêt. La liste d’attente de Docorga fonctionne via un dossier unique, qui permet au patient d’envoyer leur demande de bilan ou de suivi à un nombre illimité d’orthophonistes /cabinets à la fois. 

C’est aujourd’hui la façon la plus rapide d’obtenir un rendez-vous ! Côté orthophoniste, elle permet de simplifier les nouvelles demandes de prise en charge et gagner du temps. C’est plusieurs heures gagnées chaque mois, et sans perte de lien avec le patient : celui-ci reste joignable à tout moment pour compléter sa demande si besoin. Elle permet enfin de filtrer et trier les demandes de soin, pour gérer les urgences orthophoniques de manière prioritaire. Historiquement conçue pour la profession, la liste d’attente de Docorga est gratuite à vie pour les orthophonistes ! 

Notez que pour s’inscrire sur liste d’attente, le patient doit avoir avec lui l’ordonnance délivrée par le médecin. Pourquoi Docorga vérifie-t-il l’ordonnance ?

Il arrive que des personnes souhaitent intégrer une liste d’attente avant d’avoir consulté leur médecin. Docorga a délibérément fait ce choix d’ordonnance obligatoire pour les mêmes raisons qui justifient l’existence d’Heydii ou encore Allo Ortho : contenir les demandes non pertinentes. L’orthophoniste n’a pas intérêt à maintenir dans sa liste d’attente des patients qui n’ont peut être, en réalité, pas besoin de consulter d’orthophoniste. Réduire les demandes non pertinentes et la meilleure façon de réduire l’attente de ceux qui ont vraiment besoin de bilan orthophonique, et de permettre aux autres d’être réorientés rapidement vers un professionnel adapté. 

Conclusion : Soulager les orthophonistes et les médecins débordés

Si tous les enseignants, parents et futurs patients étaient correctement informés, les “burn out” des orthophonistes en seraient largement diminués. Aujourd’hui, ce sont les orthophonistes eux-mêmes qui font le travail de régulation, plus que le médecin traitant lui-même. En effet, bien souvent, parents/patients appellent les orthophonistes avant d’avoir consulté leur médecin. Etant donné les temps d’attente record, ils souhaitent anticiper et prendre rendez-vous avant d’avoir leur prescription, pour ne pas perdre de temps. Chez Docorga, nombre d’orthophonistes nous ont confié ne même plus répondre au téléphone, n’arrivant plus à répondre à la demande. 

Au-delà de l’épuisement professionnel, les orthophonistes qui décrochent le téléphone entre deux rendez-vous ne peuvent pas répondre de manière adaptée. Il est assez clair que, un appel écourté ne permet ni de répondre correctement à l’angoisse des familles, ni de faire une “pré-anamnèse” d’une véracité acceptable. En bref, tout va trop vite et tout le monde en pâtit.

C’est pourquoi, les services comme Heydii soulagent les orthophonistes du secrétariat téléphonique, formalisent et valorisent ce travail d’écoute et de conseil pour lui donner une vraie place. Les acteurs du dispositif s’engagent à traiter ces appels téléphoniques, contre rémunération du particulier pour le moment. L’épuisement professionnel et la charge mentale mentale des orthophonistes en est ainsi réduit, car ils savent qu’ils peuvent orienter leur potentiel patient en confiance vers un professionnel diplômé d’orthophonie, qui prendra un vrai temps pour accueillir les questions et soutenir la dynamique familiale.

La régulation en quelques points:

  • éviter de laisser s’aggraver le trouble par la mise en place de comportements adaptés
  • apporter une réponse rapide aux patients en zone sous-dotées en médecins généralistes, ou simplement inquiets
  • soulager les médecins débordés
  • éviter la surcharge mentale et l’épuisement professionnel (burn out) des orthophonistes en diminuant le nombre d’appel téléphonique 

En somme, réguler c’est faciliter la vie des patients, des orthophonistes en gérant plus efficacement l’accès au soin.

FAQ

Heydii ou Allo Ortho permettent-ils d’obtenir un bilan plus rapidement ?

Pas réellement. Si ces dispositifs permettent un adressage éclairé, il n’octroie pas pour autant de passe-droit. Cependant, la régulation favorise effectivement des temps d’attentes plus courts par une gestion plus efficace du parcours de soins. Pour être pleinement efficaces, ces services doivent être couplés à d’autres initiatives de  facilitation d'accès au soin comme la liste d’attente de Docorga. Quoi qu’il en soit, il est à garder en tête que limiter les demandes non pertinentes n’augmentera pas le nombre d’orthophonistes. 

La prescription médicale est-elle obligatoire en orthophonie ?

Oui, l’ordonnance est obligatoire pour consulter un orthophoniste. Cependant, c’est un sujet actuellement en débat au ministère de la santé.

Avez-vous réellement besoin d’un orthophoniste ?

L’orthophoniste aide les personnes de tous âges présentant des difficultés de parole et de la voix, de langage oral et écrit, de communication, d'apprentissage et de déglutition (action de mastiquer ou d’avaler). 

En passant par Heydii ou Allo Ortho, le patient potentiel a une réponse rapide sur l’utilité d’un recours orthophonique. Ces quelques conseils d’Alicia Berteau, cofondatrice d’Heydii, sont à retenir :

  • il y a des urgences pour lesquelles il ne faut pas attendre. Citons par exemple un petit qui aura des difficultés à s’alimenter et qui refuse les morceaux, un enfant qui ne parle pas à 3 ans, un enfant qui bégaie (source: Nicolas Kempa, orthophoniste)...
  • dans certains cas, des consultations en amont sont essentielles : un enfant qui développe son langage avec du retard devra en premier lieu voir un ORL avant d’aller chez l’orthophoniste
  • Il n’y a pas vraiment d’âge pour une première consultation. L’orthophonie peut démarrer chez le bébé, par exemple dans le cas de troubles de l’oralité pédiatriques (difficultés dans la prise alimentaire), ou dans le cas de besoin de soutien à la stimulation de la communication. Certaines personnes âgées démarrent l’orthophonie à 80 ans dans le cadre d’une maladie d’Alzheimer. 
  • Un travail orthophonique ne se limite pas aux consultations, mais dépend d’une dynamique globale. La famille joue un rôle primordial dans le développement de l’enfant : comprendre les difficultés, adopter de nouveaux comportements, proposer des jeux ou des exercices pour soutenir les progrès …

L’orthophonie entre ainsi dans le parcours de soin de nombreuses pathologies, ce qui surprend parfois ! (ah bon ? vous prenez en charge les adultes ?) 

Parmi les troubles les plus fréquents: trouble du langage oral, trouble des apprentissages, trouble de l’oralité pédiatrique, TDAH, HPI, HPE, autisme, bégaiement, dyscalculie, dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dysphonie, dyspraxie, maladies neurodégénératives, surdité …

Dans tous les cas, il est toujours mieux de prévenir que de guérir, et il est important de pouvoir se tourner vers un professionnel dès les premiers signes pour être conseillé.

Laisser un commentaire

Votre mail ne sera pas publié. Les champs marqués sont obligatoires *

D'autres articles pourraient vous intéresser
18 praticiens rédacteurs
16 chapitres complets
100 % gratuit